DESO

Accueil / DESO

Présentement disponible

Récemment vendus

ARTISTE

DESO

Découvrez les oeuvres de DESO, gagnant du concours L’art de la relève 2020 à la Galerie Québec Art!

Il s’appelle Émile Desaulniers, mais sa créativité s’éclate sous le nom de DESO.  Il a 22 ans.

En début de carrière, Deso s’est rapidement distingué sur le plan international en se faufilant parmi les cent demi-finalistes (tous médiums confondus) du concours international Art box projects Zurich 1.0, à l’été 2019. Il est le seul Canadien à être sélectionné par le jury de ce concours international. De plus, au printemps 2020, il a remporté le concours L’art de la relève par la Galerie Québec Art, où il est maintenant représenté au cœur du Vieux-Québec.

Il peint des villes animées, bondées d’immeubles tous plus colorés et saugrenus les uns que les autres.  Ses édifices aux formes asymétriques sont intégrés dans une composition statique mais dynamique, et de laquelle émerge une vie urbaine qu’on devine grouillante.

Ayant d’abord commencé à peindre à l’acrylique traditionnelle, Deso s’est vite tourné vers la peinture à l’aérosol, la superposant avec d’autres médiums aérosol, obtenant ainsi des réactions de la matière, pour un résultat unique et surprenant.

Bien que son atelier soit très bien garni, il peint avec ce qu’il a sous la main, ou plutôt, ce qu’il trouve le plus pratique : ses mains, un couteau, un coton-tige, un tournevis, une règle.  Il superpose les couches d’acrylique, de latex ou d’aérosol, puis il gratte, sculpte, dessine, créant ainsi la vie dans les bâtiments habités.  Il ajoute souvent du pastel gras, pour accentuer les bordures des bâtisses, salies par la poussière urbaine.  Au-delà de la composition, la force de ses toiles réside dans cette superposition de couches de matière, pour obtenir un résultat d’une texture unique.

Des villes pleines d’action à imaginer, à découvrir, à vivre

Ses villes débordent de vie, mais ce sont les immeubles qui en sont les vedettes, du moins, au premier regard. Parce qu’en examinant de plus près, des silhouettes ou formes peuvent être aperçues par les carreaux des fenêtres, et nous laissent imaginer des scènes variées : un couple qui s’embrasse, un voyeur, un jouet d’enfant, une plante au soleil.

Puis, il y a le troisième plan.  L’objet principal de ses œuvres – la ville- est parfois vue à travers une fenêtre, nous plaçant ainsi comme un acteur de la toile, en plein cœur de la cité.  Le regard est donc actif et passif, à la fois absorbé dans la toile, et observateur de la vie qui s’y déroule par sa fenêtre, et ensuite, par les fenêtres des bâtiments.

Une lampe, des livres, un personnage sont parfois sur le bord de la fenêtre, observant, habitant cette pièce dont la fenêtre ouvre sur les immeubles de la ville.

Deso crée des œuvres modernes et joyeuses, au parfum de bande-dessinée fantaisiste. Il expérimente, invente, façonne. Il souhaite poursuivre son rêve de peindre à plein temps, et de devenir un artiste-peintre connu, mais en constante évolution.